Categories
Did you know?

Comment utiliser les pédales de piano (droit: sustain, et gauche: legato)

image_pdf

Search Posts by Categories:

and subscribe to our social channels for news and music updates:

Table of Contents

  • How to use the piano pedals (sustain and soft pedals)
    • The sustain pedal has two principal purposes:
      • Legato pedal
      • Pedal markings
      • Direct, finger and “dirty” pedalling
      • Debussy and the sustain pedal
    • The Soft Pedal: Una Corda
      • Watch the video: What do the pedals on a piano do? | Cunningham Piano Company, Philadelphia, King of Prussia, PA
      • And remember, you can download your loved sheet music from our Library.

Comment utiliser les pédales de piano (droit : sustain, et gauche : una corda)

Le pédalage est un aspect de la technique du piano qui est souvent mal compris et abusé. Demandez à un étudiant junior à quoi sert la pédale de droite et il répondra invariablement « pour rendre le piano plus fort ».

La pédale de droite est fréquemment appelée à tort ‘la pédale forte’, ou est considérée comme un ‘interrupteur marche-arrêt’, ce qui montre une incompréhension totale du but et des utilisations de la pédale ‘sustain’ ou ‘damper’. Pédaler est difficile à bien faire, et je rencontre régulièrement des cas de pédalage bâclé, paresseux ou mal jugé lorsque je révise lors de concerts professionnels.

La pédale de sustain a deux fonctions principales :

  1. Permettre au son de continuer même après avoir relâché les touches ;

2. Changer le timbre du son, le rendre plus profond, plus chaud, plus intense, plus « vivant ».

Pour bien pédaler, il est important de comprendre ce qui se passe, mécaniquement, à l’intérieur du piano et d’engager les oreilles afin qu’elles soient attentives à tous les sons subtils et variations que la pédale peut produire. Lorsque la pédale est enfoncée, tous les étouffoirs sont soulevés des cordes afin qu’ils puissent continuer à vibrer et à sonner après le relâchement d’une note sur le clavier. L’effet des vibrations est de créer un son plus plein, plus chaud et plus intense.

Lorsque je fais la démonstration aux élèves, je joue un accord de do majeur sans la pédale, puis je joue à nouveau l’accord avec la pédale. Un élève qui écoute attentivement remarquera le nuage ou la « floraison » du son qui semble s’élever du piano (au lieu de simplement dire « ça sonne plus fort »). Cette floraison sonore est le résultat de « vibrations sympathiques » et sera principalement des hauteurs liées à la note principale.

Étant donné que la résonance de l’ensemble de l’instrument entre en jeu lorsque les étouffoirs sont soulevés des cordes, l’effet principal de la pédale d’étouffoir est un changement de la qualité sonore du piano. Et ceci, je pense, est le point clé à retenir – que la pédale forte concerne la qualité du son, plutôt que le volume du son.

Le moment où la pédale est enfoncée peut avoir un effet particulier sur le son du piano. Par exemple, lorsque la pédale est enfoncée avant que la note ne soit frappée, toutes les cordes sont disponibles pour résonner, et le son aura une richesse dès le début. Tant qu’elle est enfoncée, la pédale accumule du son à chaque note supplémentaire frappée. Cette propriété peut être utilisée pour créer ou enrichir un crescendo, notamment dans un contexte de notes plus rapides où peu de pédale est utilisée.

À l’inverse, en soulevant la pédale lentement, on constate une diminution progressive du son, ce qui crée un diminuendo.

Il existe également des degrés de pédale, comme la demi-pédale, le quart ou même la huitième de pédale. Cette technique de pédalage est particulièrement utile chez Mozart, ou lors des runs et passages, où elle donne corps au timbre sans brouiller les sons. Par exemple, dans l’Impromptu en mi bémol de Schubert de l’ensemble D899, j’utilise un huitième de pédale tout au long des séries de triolets rapides pour donner de la profondeur sans perdre en clarté : nous voulons entendre chaque note, mais nous ne souhaitons pas que la musique sonne trop sécher.

Chaque piano est différent et il est donc important d’expérimenter – et d’écouter attentivement : des couleurs spéciales et l’immédiateté de l’effet peuvent être obtenues en synchronisant les changements de pédale avec l’attaque des doigts, tandis que pédaler avant de jouer peut adoucir l’ouverture d’une phrase. L’utilisation de la pédale est également déterminée par la taille et l’emplacement de l’instrument.

Les pianistes expérimentés utilisent la pédale instinctivement. Je suis souvent coché par des étudiants effrontés pour avoir pédalé de la musique qui n’a pas de marques de pédale. Cela déclenche généralement une discussion sur l’utilisation de la pédale pour créer certains effets et sur la manière dont les marques de pédale sont écrites dans la partition. Une bonne technique de pédalage est basée sur l’expérience, une écoute attentive et une pratique réfléchie.

‘Plus je joue, plus je suis convaincu que la pédale est l’âme du pianoforte !’

Arthur Rubinstein

‘… abuser de la pédale n’est qu’un moyen de masquer un manque de technique, et que faire beaucoup de bruit est un moyen de noyer la musique que vous massacrez !’

Claude Debussy

Pédale Legato

Le pédalage legato, dans sa forme la plus simple, consiste à joindre deux notes ou accords autrement non connectés. Logiquement, cela ne peut se produire que lorsque le son de la première note/accord s’arrête et que le son de la deuxième note/accord commence en même temps. Pour ce faire, la pédale doit remonter exactement au point où retentit l’accord suivant. Où ça descend ensuite est une question de jugement, à voir avec le type de contexte musical ou l’effet recherché, la vitesse du passage, etc.

Voici un exercice simple, mais efficace, facilement compréhensible pour les étudiants débutants en piano, pour pratiquer un bon pédalage legato.

Pratiquez cet exercice en appuyant sur la pédale sur le 2e temps de chaque mesure et en la remontant exactement sur le temps fort du nouvel accord suivant. Le pédalage legato utilise des opposés de coordination : en d’autres termes, le pied relâche la pédale justement au moment où la main descend. La pédale redescend ensuite sans être arrachée et précipitée à un moment donné après le premier temps.

pedales de piano partitions

Et comment ne pas le faire :

piano pedals sheet music

Téléchargez l’exercice complet :

Marquages ​​de pédale

Ped et * les marques sont souvent placées de manière inexacte, ce qui peut rendre confuse l’interprétation des intentions du compositeur concernant le pédalage. Par exemple, les marquages ​​de pédale Ped…….* dans Chopin sont fréquemment trompeurs, et ne doivent pas être interprétés littéralement : il est plus probable que Chopin ait prévu une utilisation continue de la pédale de sustain, et que ce type de marquage de pédale serait plus précis : /_/ (etc.).

On dit que Chopin ‘utilisait la pédale avec une merveilleuse discrétion’ (Auguste Marmontel, professeur de Debussy et ancien élève de Chopin), et Chopin lui-même déclarait que ‘l’emploi correct de la pédale reste une étude pour la vie’.

Lorsque j’écris un schéma de pédalage legato sur de la musique pour mes élèves et moi-même, j’ai tendance à utiliser ce marquage /_/, plutôt que le Ped plus traditionnel…….*, simplement parce que c’est plus clair, les ‘pics’ indiquant quand le la pédale doit être levée et enfoncée.

Pédalage direct, au doigt et ‘sale’

Le pédalage direct est l’endroit où la pédale descend exactement comme le font les mains. Le style de la musique influencera la façon dont la pédale est utilisée : par exemple, dans le répertoire classique, une pédale directe, correspondant aux mains, peut souvent être appliquée aux liaisons à deux notes, aux sfzorzandi et aux accords cadentiels sans déformer l’articulation et le phrasé. Le « pédalage au doigt » doit être envisagé avec les figures de basse d’Alberti.

Le pédalage « sale » nécessite des compétences d’écoute aiguës et convient lorsqu’un son et une couleur plus brumeux sont souhaités, ou lorsque la texture doit être amincie progressivement. Soulevez la pédale très lentement. J’ai trouvé cette technique particulièrement utile chez Liszt lorsque le compositeur désigne un smorzando par un diminuendo.

Debussy et la pédale de sustain

Pédaler était – et est ! – très important dans le jeu de la musique pour piano de Debussy, bien que Debussy n’ait presque jamais marqué le pédalage sur la partition. Là où il le fait, il faut l’observer attentivement. Trop de pianistes, professionnels et amateurs, pensent que la pédale chez Debussy est utilisée pour créer le fameux « flou impressionniste » si souvent associé à sa musique.

En fait, « il voulait que la pédale soit utilisée dans de longs coups harmoniques, sans rupture ni confusion. De temps à autre, il laissait la pédale empiéter d’une infime fraction d’une harmonie sur l’autre………….. De toute façon, le flou ne doit être utilisé que pour des effets spéciaux, et avec la plus grande discrétion. [Nichols]

Les œuvres de Debussy impliquent souvent l’utilisation de la pédale, car il écrit des notes de basse qui ne peuvent être maintenues sans l’aide de la pédale. En même temps, il y a habituellement des changements d’accords qui nécessitent de lever la pédale pour éviter le flou. Des techniques telles que la demi-pédale et la pédale ‘sale’ peuvent être utilisées pour créer des effets satisfaisants dans sa musique pour piano.

La pédale douce : Una Corda

Una Corda est la direction donnée au pianiste pour appliquer la pédale gauche ou douce. La fonction de la pédale douce a été inventée par Bartolomeo Cristofori, l’inventeur du piano. Au 18e et au début du 19e siècle, le piano avait évolué pour avoir trois cordes sur la plupart des notes. Lorsque la pédale una corda était appliquée, l’action du piano se déplaçait de sorte qu’une seule corde était frappée – d’où les mots «una corda» ou «une corde».

Sur un piano à queue moderne, les cordes sont placées trop près pour permettre un véritable effet una corda : la pédale de gauche décale toute la mécanique, y compris le clavier légèrement vers la droite, de sorte que les marteaux qui frappent normalement les trois cordes pendant une note frapper seulement deux d’entre eux.

Le son résultant est plus doux et a également une qualité plus terne en raison du contact des deux cordes frappées avec une partie du feutre du marteau qui n’est pas souvent frappée et qui est donc légèrement plus douce en densité, créant une qualité de son différente.

Sur un piano droit, le mécanisme est agencé de sorte que lorsque la pédale de gauche est enfoncée, la position de repos des marteaux est rapprochée des cordes afin qu’ils aient une distance à parcourir plus courte et donc que les cordes soient frappées avec moins de force, produisant moins de son.

Alors que la pédale una corda peut être utilisée pour obtenir des effets merveilleusement doux, assourdis et voilés dans la musique de piano, ce n’est pas simplement une ‘pédale silencieuse’, pas plus que la pédale de maintien de la main droite n’est la ‘pédale forte’, et juste comme il y a des « degrés » de pédale forte, selon le répertoire, l’una corda peut être enfoncée de différentes manières pour créer des couleurs et des sonorités musicales à multiples facettes.

Comme pour tout pédalage, une oreille aiguë, la pratique, la discrétion et l’expérimentation conduiront à une plus grande confiance et expertise, résultant en des effets vraiment merveilleux.

Ici, Beethoven donne des instructions très précises sur l’utilisation de la pédale una corda : il stipule de lever la pédale gauche si doucement que toutes les cordes ne sonnent à nouveau que petit à petit – seulement deux initialement et finalement les trois à nouveau:nbs-4

Regardez la vidéo : Que font les pédales d’un piano ? | Cunningham Piano Company, Philadelphie, King of Prussia, PA.
Et rappelez-vous, vous pouvez télécharger vos partitions préférées à partir de notre bibliothèque.
close
sheet music library

It’s nice to meet you.

Sign up to receive our new posts in your inbox.

We don’t spam! Read our privacy policy for more info.

Google Translator