Categories
Beautiful Music Easy Piano Solo arrangements

Edith Piaf – La foule (Piano et paroles) Partition, sheet music

image_pdfDownload to PDF
Table of Contents

    Search Posts by Categories:

    and subscribe to our social channels for news and music updates:

    Edith Piaf – La foule (Piano et paroles) Partition, sheet music

    “Que nadie sepa mi sufrir” ou “La foule”, la chanson qu’un Argentin a composée et qu’Edith Piaf a rendue immortelle

    Il a fait le tour du monde, a eu une grande version locale dans la voix d’Alberto Castillo qui a atteint les oreilles d’Edith Piaf et les Péruviens et les Mexicains l’ont revendiquée comme étant la leur ; cependant, ce sont deux argentins qui ont signé le thème original qu’il avait et qui compte plus de 700 versions.

    Ça pourrait être le scénario d’un film : Un couple se rencontre au bal, tout est fête, soleil et joie. Aussi de la musique, des cris et des rires. Et le coup de coeur est immédiat. Mais c’est « La Foule », l’une des chansons les plus abouties du répertoire d’Edith Piaf .

    Paroles

    Je revois la ville en fête et en délire
    Suffoquant sous le soleil et sous la joie
    Et j’entends dans la musique les cris, les rires
    Qui éclatent et rebondissent autour de moi
    Et perdue parmi ces gens qui me bousculent
    Étourdie, désemparée, je reste là
    Quand soudain, je me retourne, il se recule
    Et la foule vient me jeter entre ses bras

    Emportés par la foule qui nous traîne
    Nous entraîne, écrasés l’un contre l’autre
    Nous ne formons qu’un seul corps
    Et le flot sans effort nous pousse, enchaînés l’un et l’autre
    Et nous laisse tous deux épanouis, enivrés et heureux

    Entraînés par la foule qui s’élance et qui danse
    Une folle farandole, nos deux mains restent soudées
    Et parfois soulevés, nos deux corps enlacés s’envolent
    Et retombent tous deux épanouis, enivrés et heureux

    Et la joie éclaboussée par son sourire
    Me transperce et rejaillit au fond de moi
    Mais soudain, je pousse un cri parmi les rires
    Quand la foule vient l’arracher d’entre mes bras

    Emportés par la foule qui nous traîne
    Nous entraîne, nous éloigne l’un de l’autre
    Je lutte et je me débats
    Mais le son de ma voix s’étouffe dans les rires des autres
    Et je crie de douleur, de fureur et de rage et je pleure

    Et traînée par la foule qui s’élance et qui danse
    Une folle farandole, je suis emportée au loin
    Et je crispe mes poings, maudissant la foule qui me vole
    L’homme qu’elle m’avait donné que je n’ai jamais retrouvé

    edith piaf chanson française sheet music score download partitura partition spartiti

    Mais la foule (comme le titre français de la chanson) les entraîne d’une partie de la salle à l’autre, comme dans des vagues de gens, de danse et de swing. Et quand les amants, dans les backwaters de cet éclatement de corps, se retrouvent et se regardent, comme deux poissons qui se sont rencontrés dans un banc, la marée humaine les sépare bientôt dans la mer de la piste de danse.

    Comme dans la scène de l’ Amour sans barrières, Le film de Steven Spielberg de 2021 (ce Roméo et Juliette entre nord-américains et portoricains dans les rues de New York) où les amoureux se retrouvent sur la piste de danse, et le public et la musique et le monde entier sont flous et s’estompe autour d’eux.

    La chanson est “La foule” (“La Foule”). Et, avec « La vie en rose » et « Non, je ne regrette rien », il forme le canon des chansons les plus réussies d’Edith Piaf .

    En plus d’être un parfait drame d’amour, de rencontre et de mésentente domestique, il porte deux découvertes remarquables qui le relient à des jalons qui viendront plus tard : comme dans La Danse, d’Ettore Scole, un film contemporain (1983) et pourtant muet, l’action se déroule uniquement dans une salle de bal. Et comme dans le classique de Pink Floyd, « Wish you Were Here » (1975), il révèle que même un tout petit espace peut en séparer deux, comme s’ils flottaient dans l’océan : « nous sommes deux âmes perdues / nageant dans un bocal à poissons, année après année », comme le chantent David Gilmour et Roger Waters.

    Mais la chanson, que Piaf a enregistrée en 1957, est en réalité une version très particulière de “Que personne ne connaisse ma souffrance” des Argentins Ángel Cabral (musique) et Enrique Dizeo (paroles), composée en 1936 . Nés entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, les deux artistes ont composé une vaste œuvre, surtout séparément. Les références des deux atteignent des musiciens tels que Osvaldo Pugliese, Roberto Grela, Nelly Omar et Ástor Piazzolla, qui ont interprété leurs œuvres ou les ont composées avec eux.

    Cabral (né Ángel Amato) était également le fils d’un guitariste de Carlos Gardel. En 1936, tous deux composèrent une chanson qui n’était ni du tango ni exactement du folklore argentin. C’était en tout cas une valse afro-péruvienne.

    La chanson “Que personne ne sache ma souffrance”, par ailleurs connue sous le nom de “Amor de mis amores”, a été interprétée par un chanteur à succès de l’époque : Hugo del Carril. Mais son destin de consécration n’arrivera qu’en 1953, lorsqu’il débarque en Argentine, en pleine tournée latino-américaine, le moineau de Paris : Edith Piaf. À un moment donné de son séjour à Buenos Aires, au cours duquel Piaf s’est produit au Teatro Ópera de Buenos Aires, quelqu’un l’a approché avec le single « Que personne ne connaisse ma souffrance » d’Alberto Castillo, « le chanteur des cent quartiers de Buenos Aires ».

    Et la chanson et le chanteur français ont eu, comme sur une piste de danse où seulement deux personnes dansent, une passion instantanée.

    De retour à Paris, Edith Piaf ne traduit pas les paroles. Il ne l’adapte pas non plus « librement ». Ici le célèbre proverbe italien « traduttore, traditore » nous dit que la traduction littérale est toujours traîtresse, elle ne s’applique même pas. Le chanteur demande au parolier Michel Rivgauche un nouveau lyrique. Ainsi est née « La foule ». Et ce n’était plus une chanson qui parlait des épreuves d’un homme (ou d’une femme) abandonné par son amant :

    Amour de mes amours !/ Ma vie…/ Qu’est-ce que tu m’as fait/ Que je ne peux pas/ Me consoler/ Sans pouvoir te contempler…/ Puisque tu as mal payé ma sincère affection,/ Ce que tu feras obtenir / Puis-je ne plus jamais te nommer…

    Après l’adaptation par Piaf et Rivgauche, la chanson, maintenant avec un grand orchestre et un accent un peu plus fort, est devenue un succès absolu. Et comme tant de produits culturels qui, en voyageant en France, reviennent dans leur pays d’origine (et dans le monde) légitimés, désormais la création originale prenait aussi plus de force que jamais. Mais en français.

    La compositrice et chanteuse Daniela Horovitz , en plus d’avoir sorti plusieurs albums solo, fait partie de l’ensemble francophile de La Impertinente Señorita Orquesta, un groupe composé uniquement de femmes qui interprètent – et dans certains cas ingénieusement réinventent – le recueil de chansons de la chanson française . Ils enquêtent et compilent également les liens entre chanson française et latine, mais loin de la musicologie et très proche de l’humour. Ses performances live sont devenues un classique des cafés-concerts ces dernières années.

    « A cette époque, dans les années 50 -explique Horovitz- il était plus courant de changer les paroles d’une chanson. Ou plutôt, il y avait beaucoup moins de contrôles sur les droits des auteurs originaux. Ce qui est curieux avec la version française, c’est qu’elle change complètement les paroles originales. Et plus encore : le succès mondial a été tel que la chanson, à son arrivée au Mexique, est devenue un mariachi ranchera très populaire joué dans des soirées de 15 et que les Mexicains revendiquent comme le sien.

    Quelque chose de semblable s’est passé au Pérou, parce que c’est une valse péruvienne. Chez La Impertinente Señorita Orquesta, lorsque nous traduisons des chansons du français vers l’espagnol ou vice versa, nous essayons d’être très fidèles aux paroles originales. La musique doit respecter cette émotion verbale originelle, sa circonstance. D’un autre côté, cela a été fait par une grande interprète comme Edith Piaf. Piaf, comme Mercedes Sosa ou Elis Regina, transcendent les barrières linguistiques avec leur voix et leur façon de chanter . Ce sont des artistes-canaux d’émotions ».

    Depuis la fin des années 1960, sa version originale en espagnol, qui s’est enrichie grâce à la version française, n’a cessé d’être jouée à maintes reprises. Seulement sur les plateformes de musique numérique, on en trouve environ 700 ! (et sûrement il doit y en avoir plus) différentes versions de « Que personne ne connaisse ma souffrance » .

    Pour Cabral, la nouvelle vie mondiale de la chanson lui a donné (quoique tardivement) un avantage économique incroyable qui, avec les recettes internationales, a acheté une grande maison à Mercedes, province de Buenos Aires. Humble et surpris, il a toujours avoué qu’il n’avait jamais compris le succès de la chanson puisqu’il ne lui semblait pas qu’elle ait quoi que ce soit d’extraordinaire.

    Dans une conférence Argentores en 2012, Susana Rinaldi a elle-même rappelé comment, dans les années 70 et vivant à Paris, le label Barclay a insisté pour qu’elle enregistre “La foule”. Rinaldi a refusé de le faire à moins que Cabral et non Piaf ne soient reconnus comme l’auteur de la chanson. Après de nombreux rebondissements, l’étiquette est acceptée.

    En Argentine, Soledad Pastorutti la rend à nouveau populaire dans les années 1990 . Mais les interprétations sont impossibles à compter. La version de Julio Iglesias en italien (“Arriangiati amore”) est idéale pour une consommation ironique et ne serait pas déplacée pour la fin d’un film d’Almodóvar ou dans un futur Tarantino qui veut rendre hommage au giallo (films d’horreur italiens très populaires dans les années 60).

    Ariel Ramírez a enregistré une version folk exquise. Ou comme il appelait lui-même ses meilleures créations, « bien criollita ». Le groupe rock et tex-mex Los Lobos en a inclus une version sur leur extraordinaire album acoustique La pistol y el corazón .

    Côté danse, le public peut compter sur la version cumbiera de La Sonora Dinamita ou sur la plus cuartetera du cordouan Tru-la-lá. Et si elle se veut un peu plus originale, la version milonguera d’Omar Mollo avec le bandonéoniste Carel Kraayenhof (celui du mariage de Máxima) est idéale pour les morceaux de tango. Et parmi tant d’autres, les versions de Lila Downs, Raphael et Plácido Domingo.

    La chanson, qui est née comme un plaidoyer pour l’amour et l’apitoiement sur soi (“que personne ne sache ma souffrance”) en Argentine, a été chantée comme une angoisse d’amour en français et continue d’être et sera un site du patrimoine mondial.

    edith piaf chanson française sheet music score download partitura partition spartiti free scores download

    Edith Piaf

    Biographie d’Edith Piaf, l’une des chanteuses françaises les plus célèbres du XXe siècle. Il avait une voix exceptionnelle et très particulière, parfois déchirée.

    De nombreuses chansons du répertoire francophone connues dans le monde entier sont dues à Edith Piaf ; comme « La vie en rose » et « Non, je ne regrette rien ».

    Cette grande chanteuse a inspiré de nombreux compositeurs ; et a été le mentor de jeunes artistes qui ont acquis une renommée internationale.

    Elle était également une actrice de cinéma et de théâtre exceptionnelle. Sa renommée populaire est contemporaine de celle de Violeta Parra, du Chili,; et plus tard avec celui de Mercedes Sosa, de l’Argentine.

    Edith Piaf est née à Paris le 19 décembre 1915, en pleine Première Guerre mondiale.

    Son père, Louis Alphonse Gassion était acrobate.

    Sa mère, Annetta Maillard, d’origine italo-berbère, était une chanteuse itinérante.

    Pour fêter la naissance imminente d’Edith, Louis Alphonse Gassion s’enivre et quitte la maison.

    Sans le soutien de personne, Annetta a dû faire face seule à l’accouchement.

    Elle a quitté la maison à pied, mais n’a pas pu se rendre à l’hôpital.

    Edith Piaf est née en pleine rue, sous un lampadaire, devant le numéro 72 de la rue de Belleville à Paris.

    Les débuts de la vie d’Edith Piaf

    Annetta était trop pauvre et n’avait pas les moyens d’élever sa petite Edith.

    La jeune fille est passée entre les mains de sa grand-mère maternelle, Mme Emma, ​​​​d’origine marocaine.

    Cette bonne dame, au lieu de lui donner du lait au biberon, la nourrissait de vin.

    Al grand-mère était convaincue que rien de mieux que le vin, pour tuer les microbes.

    Heureusement, grand-mère Emma se sentit incapable d’élever Edith plus longtemps et s’arrangea pour la remettre à son père, Louis Alphonse.

    Mais, il était sur le point d’aller au front pendant la Première Guerre mondiale ; et Edith s’est retrouvée avec sa grand-mère paternelle, qui tenait un bordel à Bernay, en Normandie.

    Bref, que la fille Edith a été élevée par les prostituées de la maison.

    Les débuts d’Edith Piaf en tant qu’artiste itinérante

    A la fin de la Première Guerre mondiale, le père d’Edith revient du front et l’emmène avec lui vivre un temps la vie d’artistes dans de petits cirques itinérants.

    Puis, il l’accompagne pour suivre la vie de l’artiste itinérant.

    Edith Piaf a révélé son talent et sa voix exceptionnelle, chantant dans les rues avec son père, comme le faisait sa mère.

    Les débuts d’Edith Piaf en tant que chanteuse indépendante

    En 1929, Edith avait 14 ans et s’appelait encore Edith Gassion.

    Le « petit moineau », comme on l’appellerait, commença bientôt à déployer ses ailes.

    Avec son amie Simone Berteaut, elle arpente les rues du quartier de Belleville à ses heures perdues, chantant des chansons et recevant de l’argent.

    Vers le milieu des années 1930, il avait suffisamment économisé pour quitter son père et louer une chambre à la « rue Véron, 18 » ; dans le quartier de Montmartre.

    Dans une humble maison d’hôtes, construite à l’origine pour les ouvriers qui ont construit la Basilique du Sacré-Cœur.

    Il a fait sa propre vie de chanteur, égayant la journée des passants de la place Pigalle et sillonnant la banlieue parisienne, à la recherche d’un public de rue.

    Edith Piaf, épouse et mère en 1933

    En 1933, il tombe amoureux d’un garçon de courses, Louis Dupont.

    Peu de temps après, elle eut avec lui son unique enfant, une fille prénommée Marcelle, décédée à l’âge de deux ans d’une méningite.

    Premiers pas professionnels d’Edith Piaf

    En 1936, déjà âgée de 21 ans, Edith était assez connue et admirée en tant que chanteuse Edith Gassion.

    La maison de disques Polydor lui propose un contrat et il enregistre son premier album : « Les Mômes de la cloche ».

    L’album est un succès populaire immédiat.

    Mais en avril de la même année, Louis Leplée, le propriétaire du cabaret où se produisait Edith Piaf, est assassiné à son domicile.

    Le scandale et la mauvaise réputation du quartier parisien de Pigalle affectent le travail de l’artiste. Pour le moment, il doit retourner dans la rue et les petits cabarets.

    Heureusement, elle rencontre le brillant parolier Raymond Asso, qui devient son protecteur, son entraîneur et son amant.

    Il a écrit un grand nombre de chansons pour elle et l’a aidée à devenir chanteuse professionnelle dans le music-hall.

    Edith Piaf, chanteuse de music-hall

    En mars 1937, il fait ses débuts dans le genre « music-hall » au « Théâtre ABC » à Paris.

    Le triomphe fut formidable et à partir de ce jour Edith fut une star de la chanson française, adorée du public ; ses chansons ont été diffusées à la radio.

    En 1940, Edith Piaf triomphe au “Bobino”, célèbre “music-hall” situé sur la “rive gauche” et dont le prestige s’est accru depuis qu’Edith Piaf a commencé à y chanter.

    Passent ensuite Georges Brassens, Barbara Streisand et Joséphine Baker.

    Les débuts d’Edith se font avec une pièce écrite spécialement pour elle par Jean Cocteau, intitulée « Le Bel Indifférent », qu’elle interprète avec beaucoup de succès, en compagnie du comédien Paul Meurisse.

    L’année suivante, en 1941, avec Paul Meurisse en co-vedette, Edith Piaf est l’actrice principale du film « Montmartre-sur-Seine » de Georges Lacombe.

    Lors du tournage de ce long métrage, Edith rencontre Henri Contet, qui est depuis l’un de ses auteurs préférés.

    Edith Piaf pendant l’occupation allemande de Paris

    Pendant l’occupation allemande à Paris, la chanteuse a changé son nom de scène d’Edith Gassion en “Edith Piaf”; et a continué à donner des concerts, malgré l’invasion nazie.

    Dans une période si difficile pour tous les habitants de la France, Edith Piaf s’est tournée vers la protection des artistes juifs, qui risquaient constamment d’être arrêtés.

    Des milliers de personnes de France et d’Europe, dont l’Allemagne, ont risqué leur vie pour sauver celle des Juifs persécutés.

    L’une d’elles était Suzanne Noël, une brillante chirurgienne plasticienne de Paris, qui a sauvé des dizaines de juifs en modifiant leurs traits.

    Au printemps 1944, au Moulin Rouge, il rencontre Yves Montand; le jeune chanteur de l’époque, faisait partie du spectacle. Il y a eu un coup de cœur entre les deux artistes.

    Edith Piaf après la guerre mondiale

    À la fin de la guerre, en 1945, Edith Piaf écrit les paroles de « La vie en rose », sa chanson la plus célèbre. Il l’interprète pour la première fois à la Comédie-Française.

    Yves Montand devient une star du « music-hall ». Il fait ses débuts au cinéma aux côtés d’Edith Piaf dans le film « Étoile sans lumière ».

    Plus tard, ils partent tous les deux en tournée en 1946; terminé cette tournée, ils se sont séparés.

    Edith Piaf termine l’année 1946 en interprétant « Les Trois Cloches », avec le groupe « Les Compagnons de la Chanson ». Avec le triomphe de cette chanson sur les lèvres, il part en tournée aux États-Unis en 1947.

    Vie affective de la chanteuse Edith Piaf

    En 1948 , lors d’une tournée triomphale à New York, il vit sa grande histoire d’amour.

    L’heureux élu était Marcel Cerdan, un boxeur français d’origine algérienne. Marcel Cerdan avait remporté le championnat du monde des poids moyens le 21 septembre 1948.

    Cerdan est le seul membre français de l’International Boxing Hall.

    Le malheur est arrivé à Edith Piaf le 28 octobre 1949, alors que Marcel Cerdan se rendait à sa rencontre ; Il est mort dans l’accident d’avion sur le vol Paris-New York.

    Edith a chanté son tube « Hymne à l’amour » en sa mémoire. Depuis, Edith Piaf a toujours porté du noir.

    Cette parade nuptiale n’avait même pas duré deux ans et avait donné lieu au film “Edith et Marcel”, du réalisateur Claude Lelouche, sorti en 1983.

    En 1951, Edith Piaf engage le jeune auteur-compositeur-interprète Charles Aznavour, comme secrétaire, assistant, chauffeur et confident. Aznavour lui a écrit quelques-unes des meilleures chansons, comme « Plus bleu que tes yeux ».

    Le 29 juillet 1952, Edith épouse le célèbre chanteur français Jacques Pills, à New York. Marlene Dietrich était l’un des témoins.

    Le pianiste Gilbert Bécaud et Jacques Pills avaient écrit les paroles de « Je t’ai dans la peau » pour Edith Piaf.

    En 1956, Edith Piaf est saluée dans le monde entier comme une grande star du “music-hall”.

    Notamment aux Etats-Unis, où il triomphe au « Carnegie Hall » de New York. Il retournait fréquemment à New York, où il avait commencé une cure de désintoxication à la morphine.

    Elle avait commencé une histoire d’amour avec Georges Moustaki qu’Edith a aidé à entrer dans le monde de la chanson.

    A ses côtés, il eut un grave accident de voiture, en 1958 ; cela a aggravé l’état de santé déjà détérioré d’Edith.

    Cela a également accru sa dépendance à la morphine, qui avait commencé à la mort de son grand amour, le boxeur Marcel Cerdan.

    Détérioration de la santé et décès d’Edith Piaf

    En 1959, alors qu’elle est sur scène lors d’une tournée à New York, Edith s’effondre.

    Il a dû subir de nombreuses opérations chirurgicales. Il revint à Paris dans un état de santé pitoyable.

    En France, il a eu la joie de voir l’énorme succès de sa chanson « Milord ».

    A la demande du propriétaire de la salle Olympia à Paris, il donne en 1961 une série de concerts, peut-être les plus mémorables et les plus émouvants de sa carrière.

    L’Olympia de Paris est menacé de disparition, en raison de graves problèmes financiers.

    Depuis qu’Edith Piaf y a interprété sa nouvelle chanson « Non, je ne regrette rien », le public a été si nombreux que l’Olympia a été sauvé de la faillite. Plus tard, nombre de ses chansons seront interprétées, ici même à Paris, par la fabuleuse chanteuse américaine Nina Simone.

    La brave “Paris Sparrow” comme on l’appelait, était alors très malade. Il pouvait bouger et chanter grâce à de fortes doses de morphine.

    Le 9 octobre 1962, à l’âge de 46 ans, très fatiguée et malade, elle épouse le chanteur Theo Sarapo.

    Théo était jeune et beau, il avait 26 ans. Théo et Edith ont chanté en duo, entre autres chansons, « À quoi ça sert l’amour », À quoi bon aimer ?

    Au début de l’année 1963, Edith enregistre sa dernière chanson « L’Homme de Berlin », écrite par Francis Lai et M. Vendôme.

    La grande Edith Piaf est décédée le 11 octobre 1963, à l’âge de 47 ans, d’un cancer du foie.

    Peu de temps après, le même jour, son ami le cinéaste Jean Cocteau décède.

    En apprenant la mort d’Edith Piaf, Jean Cocteau avait déclaré : « Le navire vient de couler. C’est mon dernier jour sur cette terre. Je n’ai jamais connu d’être plus détaché de son âme. Elle n’a pas donné son âme, elle l’a donnée, elle a jeté de l’or par les fenêtres.

    Son inhumation eut lieu au cimetière du Père Lachaise, à Paris, avec l’hommage d’une immense foule d’admirateurs.

    Depuis la Seconde Guerre mondiale, la circulation dans toute la ville n’avait pas été interrompue de cette manière.

    Malgré sa foi catholique, elle s’est vu refuser des funérailles religieuses en raison de son statut de divorcée.

    Cependant, l’aumônier du théâtre et de la musique, l’abbé Villaret Thouvenin, lui donna la bénédiction finale, en présence d’une foule immense d’admirateurs.

    Au cimetière du Père-Lachaise, Edith Piaf repose avec son père, Louis Alphonse Gassion, et sa petite fille Marcelle, décédée en 1935 à l’âge de 2 ans. Son dernier mari, Theo Sarapo, décédé sept ans après la mort d’Edih Piaf, est enterré avec elle dans la même tombe.

    Search Posts by Categories:

    and subscribe to our social channels for news and music updates:

    Best Sheet Music download from our Library.

    close
    sheet music library

    It’s nice to meet you.

    Sign up to receive our new posts in your inbox.

    We don’t spam! Read our privacy policy for more info.

    Google Translator