Categories
Best Classical Music Easy Piano Solo arrangements

Bizet, Georges – Habanera (from the Opera Carmen) Piano Solo arr. (partition, sheet music)

Table of Contents

    Bizet, Georges – Habanera (from the Opera Carmen) Piano Solo arr. (partition, sheet music)

    bizet carmen free download sheet music & scores pdf

    George Bizet et son Opéra Carmen

    Please, subscribe to our Library. Thank you!

    Carmen a tué Bizet deux fois. Ce qui pourrait ressembler au titre amusant d’un roman surréaliste et légèrement comique, dans lequel le célèbre personnage de l’opéra français – ou peut-être son fantôme – quitte la scène pour se venger de son créateur, est en réalité un fait peu métaphorique et pas du tout la littérature qui nous aide à comprendre la figure de Bizet au-delà de son opéra le plus réussi.

    L’histoire nous apprend que la mort subite de Bizet en juin 1875 a été causée précisément par la composition et l’échec successif de son opéra en mars de cette année-là : une tâche passionnante, mais épuisante et douloureuse qui s’est soldée par un échec et la vie du jeune et maladif compositeur.

    Aujourd’hui, la relation entre Bizet et son opéra ne semble pas s’être améliorée. Au contraire : l’obsession contemporaine du monde de l’opéra et de la culture en général pour ce chef-d’œuvre définitif du XIXe siècle qu’est Carmen, a placé le nom de Bizet dans l’ombre de l’oubli et de l’insouciance.

    Son nom apparaît sur des disques et des publicités théâtrales, mais en dehors du monde académique, peu paraissent se soucier de la vie, de la carrière et de l’identité musicale de ce génie de la musique européenne. Comme si Carmen, éternelle et intemporelle, serait née de nulle part, comme un miracle, et rien ne se serait passé avant elle.

    Mais aucun miracle de culture, nous enseigne l’histoire, ne naît spontanément : Carmen est l’aboutissement et le résultat d’une carrière artistique fascinante qui vaut la peine d’être racontée, non seulement pour comprendre et contextualiser sa naissance en tant qu’opéra, mais aussi pour la sauver de l’oubli et l’insouciance de cette figure complexe et complète qu’était son compositeur : Georges Bizet.

    Please, subscribe to our Library. Thank you!

    Sa vie et ses œuvres

    Né en 1838, véritable parisien, Bizet grandit et étudie dès son plus jeune âge entouré de la meilleure culture musicale de son temps, grâce aussi à une famille de professeurs de chant et de piano.

    En 1848, Bizet parvient enfin à entrer au conservatoire de Paris pour étudier avec Jacques Fromental Halévy et Charles Gounod, deux des plus grands compositeurs de ces années.

    En 1855, il compose sa Symphonie en ut majeur sans la publier . En 1857, après avoir remporté le prestigieux Prix de Rome, Bizet s’installe en Italie pour cinq ans : une expérience fondamentale et heureuse pour le jeune compositeur. Si à Rome Gounod, lauréat du même prix en 1839, avait étudié la musique sacrée de l’école de la Renaissance comme organiste, Bizet, au contraire, se rapproche du monde de l’opéra de Rossini, Donizetti et Verdi.

    Le résultat de ses études lyriques, présenté seulement en 1906, sera, entre autres, son opéra italien Don Procopio , basé sur un livret semblable au Don Pasquale Donizettien. En 1860, il revient à Paris pour accompagner sa mère malade et assister à la première mondiale du Tannhäuser de Wagner . En 1862, sans grande disponibilité financière, Bizet commence à composer ce que le monde parisien recherche et désire :

    « Je m’engage – écrit Bizet à son éditeur Choudens – à composer n’importe quoi – polkas, danses, quadrilles, transcriptions anonymes ».

    Mais c’est l’opéra qui attire le plus le génie inquiet de Bizet. En quelques années naisse un grand-opéra majestueux et malheureux, Ivan IV , créé en 1946, et deux opéras, Les Pêcheurs de perles (1863) et La jolie fille de Perth (1867), tous deux critiqués pour être trop Italienne ou, dans le second cas, trop wagnérienne.

    En 1872 naissent deux autres compositions : l’opéra-comique Djamileh et la musique de scène de la pièce L’Arlésienne d’Alphonse Daudet. Malgré de grands efforts, aucun d’eux ne parvient à remonter le moral et les finances de Bizet. En 1873, il commence à mettre en musique le livret de Carmen d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy d’après un roman de Prosper Mérimée, opéra qui, on le rappelle au début de ce texte, le conduit à sa mort en 1875, avant d’être capable de voir son vrai triomphe.

    Il ne fait aucun doute que Bizet était un compositeur fragile et malchanceux, en constante recherche de stabilité et de bien-être physique et émotionnel.

    Si Gounod et, comme nous le verrons bientôt, Offenbach parviennent à trouver leur espace et leur rythme dans un Paris vivant et dynamique, Bizet reste englué dans le doute et l’insécurité.

    Pourtant, loin d’être un compositeur passif et indolent, le compositeur parisien a su se construire une identité plurielle, capable d’explorer différentes formes et genres aussi bien dans le monde instrumental que vocal.

    Mais l’élément le plus étonnant de la vie de Bizet est son caractère international et syncrétique dans lequel le goût mélodique de l’opéra italien (le duo “Je crois comprendre encore” des Pêcheurs de perles reste l’un des plus hauts exemples de la sensibilité mélodique de Bizet) s’unit à l’orchestration solide et élaborée du monde allemand, une orchestration que Richard Strauss jugeait plus intéressante que celle de Wagner et recommandait à ses élèves comme un exemple d’économie et de bon goût.

    Le tout enveloppé d’une saveur exotique, orientale et déjà ibérique avant Carmen : Les Pêcheurs de perles , Djamileh mais surtout la chanson sensuelle ‘Les adieux de l’hostesse arabe’ et la musique de L’Arlésienne composent une mosaïque de couleurs et de transgressions , saveurs et sons uniques dans la scène musicale de ces années.

    Ces compositions, presque toutes aujourd’hui disponibles sur différentes plateformes, bien que très peu connues et représentées, nous demandent de reconsidérer la figure de Bizet au-delà de sa Carmen et d’apprécier non seulement la beauté et la variété de son répertoire, mais aussi la modernité inquiète et humaine de sa carrière musicale.

    Carmen

    Carmen, l’opéra de Georges Bizet nous raconte un drame qui a pour toile de fond le monde du sud de l’Espagne, de ce point de vue exotique qui a tant séduit toute l’Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle.

    Contrebandiers, fabricants de cigares, gitans, corridas et passions sanglantes qui se terminent par la mort de son protagoniste aux mains de Don José.

    L’opéra est un chef-d’œuvre tant musicalement, par la beauté de ses mélodies et instrumentations très inspirées, que par les paroles, chantées ou récitées, étant sans doute l’un des meilleurs livrets d’opéra de l’histoire, ainsi que par le parfait dessin musical des personnages, de leurs interactions et du climat qui les entoure.

    Allons-y avec une brève genèse. En 1830, Prosper Mérimée voyage en Espagne, fasciné par la culture de notre pays, il rencontrera la Comtesse María Manuela de Montijo qui lui racontera l’histoire tragique d’un bandit fou amoureux d’une femme , ce ne sera qu’en 1845 qu’il écrira le roman Carmen , basé sur cette histoire.

    En 1872, l’Opéra Comique de París avait commandé à Bizet un opéra en trois actes, avec libretto d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Mais ce n’est que jusqu’à 1874, quand le compositeur communique avoir terminé l’acte premier. Comment l’idée lui est arrivée ? On ne sait pas vraiment.

    Pendant les répétitions, il semble qu’il ait fait de nombreux arrangements, il a dû ajouter des airs pour les protagonistes, à la demande des chanteurs, qui n’étaient pas dans la partition originale, il a donc adapté pour écrire le célèbre Habanera de Carmen, l’aria du troisième acte de Michaela a été réécrite à partir de son incomplet Griselidis et elle a écrit la célèbre chanson d’entrée pour le torero Escamillo .

    Et je dis « ça a l’air d’être » parce qu’il n’y a rien de certain non plus, la partition originale , qui était considérée comme perdue depuis pas mal de temps, a souffert de multiples adaptations, qu’elles soient musicales ou de traductions du livret, on se souvient qu’à l’époque les opéras étaient chantés dans la langue du pays où ils étaient exécutés, et surtout pour les opéras-comiques , on n’hésitait pas à faire des changements ou des coupures.

    Carmen а ete créée le 3 mars 1875 а 1′ Opera-Comique de Paris, avec Celestina Galli-Marie dans le rбle de Carmen; Paul Lherie, Don Jose; Marguerite Chapay dans le rôle de Micaela et Jacques Bouhy etait Escamillo.

    Exactement 3 mois après la création de Carmen, le 3 juin 1875, et а seulement 37 ans, le compositeur Georges Bizet décède, le même jour où sa Carmen atteint 33 représentations а Paris.

    Carmen a modifié de manière décisive l’opéra français et est considérée comme la grande anticipation de l’école italienne connue sous le nom de vérisme.

    Considéré par le philosophe allemand Friedrich Nietzsche comme une réponse latine à l’esthétique wagnérienne, il est aujourd’hui l’opéra français le plus célèbre et le plus joué dans le monde entier. Carmen est l’un des opéras les plus remarquables du répertoire lyrique standard et figure en troisième position dans la liste d’Operabase des opéras les plus joués dans le monde au cours de la période 2005-2010.

    Best Sheet Music download from our Library.

    Search Posts by Categories:

    and subscribe to our social channels for news and music updates:

    close
    sheet music library

    It’s nice to meet you.

    Sign up to receive our new posts in your inbox.

    We don’t spam! Read our privacy policy for more info.

    Google Translator