Martial Solal (né 1927)

Solal est né à Alger, en Algérie française, de parents juifs algériens. Bien que la mère de Solal, chanteuse d’opéra amateur, l’ait initié au piano à l’âge de sept ans dans la colonie française d’Alger et qu’il ait appris le jazz avec un chef d’orchestre charismatique local à l’adolescence, il est en grande partie autodidacte, allant même jusqu’à se plonger dans la composition et la technique classique ‘devenir un meilleur joueur’ dans les années 60.

Please, subscribe to our Library. Thank you!

Cette discipline a donné naissance à plus de 20 musiques de films, un concerto pour piano et orchestre qui a conduit à la création de l’Orchestre National de Jazz en France, star à New York dans les années 60 alors que pratiquement aucun artiste de jazz européen ne s’y produisait, un nombre sans précédent de 30 concerts diffusé en solo à la radio française en 1993-94 et reçu le prix Jazzpar du Danemark en 1999.

Solal a réalisé tout cela en apprenant la musique du mieux qu’il pouvait – sa seule option en tant qu’adolescent. Après 1940, les lois raciales nazies en vigueur dans les colonies de France occupée l’ont exclu de l’école en tant que fils d’un père juif, bien qu’il ait continué à suivre des cours de musique privés.

free jazz scores Martial Solal

Best Sheet Music download from our Library.

« Mon professeur à Alger était alors le voisin de ma tante », dit-il. « Un gros, gros chat impressionnant qui jouait du piano, du saxophone, de la batterie, de l’accordéon, de la clarinette, de la trompette, de tout. Quand je l’entends jouer du jazz, je deviens fou. Je deviens son élève, puis rejoins son groupe pendant cinq ans, jouant du piano et de la clarinette comme Benny Goodman. C’était juste de la musique de danse, des tangos, des valses, seulement un peu de jazz. Et c’était en 1941 ou 42, donc nous ne connaissions pas encore Charlie Parker et le modernisme. Mais c’était suffisant.”

Solal s’installe à Paris en 1950 et rencontre le batteur américain expatrié Kenny Clarke, une ancienne cohorte de Parker et Dizzy Gillespie à Harlem qui ont lancé la révolution bebop. Donc les deux s’associent de manière dynamique au sein de la house band du club de St-Germain des Prés, étape prestigieuse des stars du jazz américain en tournée.

Lors de sa première séance d’enregistrement, Solal s’est retrouvé à accompagner la légende belge de la guitare manouche Django Reinhardt, qui jouait lors de son dernier concert. Le pianiste a réalisé un album de standards avec le saxophoniste Sidney Bechet, un néo-orléanais contemporain au ton flamboyant de Louis Armstrong, qui a failli être canonisé dans sa France d’adoption.

‘Je ne possède pas le disque que j’ai fait avec Django’, dit Solal. «Je n’ai jamais voulu l’entendre parce que j’étais sûr que je n’étais pas si bon et j’étais très nerveux. Avec Sidney Bechet, ça avait été mon idée. Il y avait une guerre entre les modernistes et les traditionalistes, mais je pensais que le jazz pourrait peut-être former une grande famille. Les gens disaient qu’il était un mauvais personnage, qu’il causait des ennuis, mais pas ce jour-là. Bien sûr, j’ai adoré faire ça parce que ça faisait partie de l’histoire du jazz. Mais je savais que ce n’était pas ma direction.

Solal était le pilier du groupe de St Germain des Prés (et commençait sa carrière de soliste non accompagné, inspiré par le virtuose du piano Art Tatum) lorsqu’il reçut l’appel de Breathless.

« Godard n’avait aucune idée de la musique, alors heureusement, j’étais complètement libre », se souvient Solal. ‘Il a dit un jour : ‘Pourquoi ne l’écrivez-vous pas simplement pour un joueur de banjo ?’ – Je pensais qu’il était drôle, mais avec lui, on ne pouvait pas en être sûr. Quoi qu’il en soit, j’ai amené un big band et 30 violons. Je n’ai jamais su s’il aimait ça, même maintenant, mais cela semble avoir fonctionné. Ses films sont devenus plus obscurs par la suite, mais il était très intéressant à l’époque, les films étaient très innovants, mais ils avaient quand même une histoire.

Rompre avec les traditions mais toujours raconter une histoire est le fil conducteur de Solal. C’est un brillant improvisateur : l’année dernière, il a donné un concert solo de trois encore au Kings Place de Londres, dans lequel des chansons de Broadway se mêlaient à des classiques de Duke Ellington, des thèmes de Thelonious Monk, des hymnes bebop ou des originaux, comme s’ils avaient toujours été ensemble. Solal dit de ses concerts en solo :

« Je suis libre de faire tout ce qui me vient à l’esprit sur le moment. Si c’est hors du contexte, ce n’est pas grave, c’est juste le début d’une nouvelle histoire.”

Même s’il a tendance à plaisanter sur la façon dont les dernières années le rendent paresseux, Solal apprécie clairement la demande mondiale continue pour son travail. Les offres lui viennent de toute l’Europe et des Etats-Unis, il préside le concours international de piano jazz à Paris qui porte son nom et il continue de diriger son New Decaband de 10 musiciens – une formation typiquement décalée dominée par les cuivres, dans laquelle il utilise la technique vocale remarquable de sa fille Claudia pour imiter les textures de sax.

Mais la culture française, traditionnellement favorable au jazz et dotée d’un establishment artistique sympathique, est aujourd’hui plus proche de celle du Royaume-Uni. ‘Le jazz a à la fois une place importante en France et n’a pas sa place’, estime Solal. « Deux mille personnes peuvent venir pour un concert, mais sur les grandes radios et télévisions, nous n’existons pas.

Peut-être que pour 10% de la population cette musique est très importante, les 90% restants ne connaissent même pas les plus grands noms français, américains ou anglais. Mais tant qu’on peut vivre, et jouer la musique qu’on aime, c’est dommage pour les 90%, c’est leur perte. Le jazz, ce sont des conversations, en duo parfois même des histoires d’amour. Jouer en solo est une conversation avec moi-même, jouer avec les autres, il faut écouter et répondre. C’est toujours un jeu très excitant pour moi.

Paul Motian – Martial Solal – Gary Peacock – 1997

Téléchargement des meilleures partitions dans notre bibliothèque.

sheet music library

It’s nice to meet you.

Sign up to receive our new posts in your inbox.

We don’t spam! Read our privacy policy for more info.