Gerry Mulligan – Night Lights (1963)

Gerry Mulligan Night Lights (1963)

https://www.bilibili.com/s/video/BV1Q44y1z7U2

1 – NIGHT LIGHTS (1963 Version) ​ 2 – Morning Of The Carnival From “Blac. Orpheus”​ 3 – In The Wee Small Hours Of The Morning

4 – Prelude In E Minor ​ 5 – Festival Minor ​ 6 – Tell Me When

Gerry Mulligan, baritone sax and piano; Art Farmer, flugelhorn; Bob Brookmeyer, valve trombone; Jim Hall, guitar; Bill Crown , contreBasse; Dave Bailey, batteria (drums).

Browse in the Library:

and subscribe to our social channels for news and music updates:

Search Posts by Categories:

Enregistré les 12 septembre et 3 octobre 1963.

Gerry Mulligan  free download sheet music & scores pdf

Téléchargement des meilleures partitions dans notre bibliothèque.

Le saxophoniste baryton Gerry Mulligan était une véritable icône du jazz, étant l’une des figures éminentes de la scène de la côte ouest des années 50 jusqu’à sa mort en 1996. Élu musicien numéro un de son instrument par Downbeat Magazine pendant 42 ans dans un Row, Mulligan était l’un des acteurs clés de son temps et une figure de proue qui a contribué à façonner le son du jazz à venir.

Depuis les périodes de la formation Miles Davis de l’ère Birth Of The Cool, ainsi que la formation d’un quatuor sans piano avec Chet Baker, Gerry a toujours été en première ligne de ce qui était branché et qui se passait dans la seule véritable forme d’art américaine.

Cette session, enregistrée aux studios Nola Penthouse de New York en 1963, est un chef-d’œuvre méconnu de l’incroyable catalogue de Gerry Mulligan. Il a été remasterisé à l’aide de transferts à partir des bandes originales, extraites du coffre-fort Phillips, en maîtrisant la légende Kevin Gray. Avec sa remarquable couverture conçue par Oliver Hardimon, Night Lights est la définition même du cool jazz raffiné. Scintillant avec une beauté de fin de soirée qui évoque parfaitement une ville sophistiquée de New York au début des années 1960.

Gerry Mulligan était, comme nous le savons tous, la figure la plus emblématique du saxophone baryton et une force majeure au sein de la ‘Cool School’ du jazz américain de la côte ouest. En effet, il a été élu musicien numéro un sur son instrument par le magazine Downbeat, pendant 42 années consécutives incroyables.

Au début de ce genre de jazz, l’antithèse complète du Be-Bop, il a joué et contribué trois numéros aux sessions ‘Birth Of The Cool’ en 49 avec Miles, Gil Evans et tous. Également célèbre pour son quatuor sans piano avec Chet Baker et de nombreuses autres collaborations avec des acteurs majeurs, il était un excellent compositeur, arrangeur et chef de Big Band. Ses 59 enregistrements sous son propre nom ont été complétés par de nombreux autres en tant que sideman.

Gerry est né dans le Queens, à New York, le 6 avril 1927, il est décédé à l’âge de 68 ans le 20 janvier 1996, des suites d’une opération au genou, à Darien Connecticut. Au moment de sa mort, il était marié à sa troisième épouse, la comtesse Franca Rota Borghini Baldovinetti depuis vingt ans. Ils se sont rencontrés alors que le saxophoniste était en tournée à Rome. Beaucoup s’accordent à dire que le succès du grand homme était avant tout sa capacité unique à manipuler le son du saxophone baryton de la même manière épurée et douce que d’autres le feraient pour le ténor.

Au moment de cet enregistrement, Mulligan avait trente-sept ans, était très bien établi et pouvait faire appel à cinq autres meilleurs musiciens de la côte ouest pour la session, malgré le fait que l’enregistrement ait en fait eu lieu aux Nola Penthouse Studios à New York. Il est surprenant pour cet écrivain que l’album ait semblé quelque peu négligé il y a près de six décennies lors de sa sortie. Il est difficile de trouver des critiques de plus de 3 étoiles, même Richard Cook et Brian Morton dans l’excellent Penguin Guide To Jazz Editions montrent peu d’enthousiasme.

Cela contraste fortement avec les nombreux passionnés que je connais qui possèdent l’album et trouvent qu’il est un véritable bijou. La scène est mieux mise en scène en citant directement les derniers paragraphes des notes de pochette écrites par le vraiment merveilleux Willis Conover, écrivain, promoteur et diffuseur de la renommée de ‘Voice Of America’.

On ne saura jamais combien de sa langue était dans sa joue, mais ce qui suit nous donne certainement un aperçu merveilleux de la langue de l’époque.

​”​

Les musiciens connaissent des salles à travers le monde où les lumières sont tamisées et les tables aussi. Ils les retrouvent à la fin du concert, pour parler, boire et sourire. Les sons sablonneux des pieds dansants sont les plus forts de la pièce. Vous connaissez la scène.


Rappelez-vous une fois une pièce si sombre que la rue devant la fenêtre brillait par contraste. Les portes étaient verrouillées, l’air était doux, la cigarette était partagée. Peut-être y avait-il ‘​Snowfall’ de Thornhill, ‘Dusk’ d’Ellington, ‘Our Waltz’ de David Rose ou ‘Moonlight Serenade’.

Les groupes ne sont pas les mêmes. Les chansons sont nouvelles. Mais rien n’a vraiment changé.”

​Le disque s’ouvre avec l’original de Mulligan et la chanson titre ‘Night Lights’. Le leader est ici au piano, son approche réfléchie et cristalline définitl’ambiancepour toute la session. Art Farmer et Bob Brookmeyer montrent tous deux la touche la plus légère dans leurs solos avant que le piano ne revienne dans un morceau qui reflète pleinement la pochette de l’album.

‘Carnival’ de Louis Bonfa de Black Orpheus était un excellent choix pour ce groupe avec le baryton de Mulligan livrant délicatement le thème sur la guitare de Jim Hall avant que le trombone à valve et le bugle ne prennent le dessus sur la contribution de batterie métronomique mais tout à fait appropriée de Dave Bailey.

La première face se termine avec le leader, pressant chaque goutte d’émotion de l’énoncé du thème de ‘Wee Small Hours’ qui sert de prélude au solo exceptionnel de tout l’album du superbe Jim Hall qui rappelle sa merveilleuse contribution à Sonny Rollins ‘ The Bridge’ juste un an plus tôt.

Une aventure dans le monde de Chopin ouvre la face 2 avec le baryton sonore de Mulligan au premier plan sur son propre arrangement du ‘Prélude en mi mineur’ avant que le morceau le plus long et le plus optimiste du disque ne trouve le thème classique se poursuivant avec son propre ‘Festive’.

‘Minor’, qui sur certaines rééditions est présenté comme ‘Festival Minor’. C’est peut-être un titre plus approprié où Farmer et Hall prennent tous deux des solos vifs mais toujours intimes avant que le trombone de Brookmeyer ne grogne presque pendant l’un des très rares passages d’ensemble sur le disque.

L’original fortement thématique ‘Tell Me When’, avec les touches les plus légères dans un échange de solos entre saxophone et trombone, clôt cet album des plus satisfaisants et, pour beaucoup de gens, ‘must have’.

Browse in the Library:

and subscribe to our social channels for news and music updates:

sheet music library

It’s nice to meet you.

Sign up to receive our new posts in your inbox.

We don’t spam! Read our privacy policy for more info.